Qualité de Vie Au Travail

LA NATUROPATHIE AU SERVICE DU BIEN-ÊTRE AU TRAVAIL

Parce qu’un collaborateur acteur de sa santé  aura une meilleure interaction avec son environnement de travail

Comment est née la QVT ?

Dans un contexte où on parle de plus en plus de Qualité de Vie au Travail (QVT) et de Bien-Etre au Travail (BET), on assiste paradoxalement à une explosion de l’absentéisme pour souffrance au travail.  En 2019, selon des études de l’Organisation Mondiale de la Santé et Workforce View In Europe,  la France serait le 3ème pays européen en matière de dépressions liées au travail (derrière l’Allemagne et la Pologne). Une étude BVA de 2019 menée par le Groupe BPI, quant à elle, indique un décalage entre les 68% de salariés qui se disent satisfaits de leur qualité de vie au travail et les 63% qui se sentent concernés par un Burn-Out soit pour l’avoir vécu soit pour craindre d’en être victime. En outre, du fait de leur travail,  37%  des actifs déclarent  avoir des problèmes de sommeil, 30% mettent en avant un état de santé qui se dégrade et 35% se disent épuisés psychologiquement.

Alors que les dimensions économique et industrielle demandent une accélération du rythme, les salariés,  et particulièrement les nouvelles générations, veulent pouvoir concilier vie privée et vie professionnelle,  et se sentir bien au travail; la rémunération seule ne suffisant plus.

Le recul de l’âge de la retraite, quant à lui, nécessite de faciliter l’intégration des seniors dans une organisation qui les préserve par la prévention des pathologies et problématiques  de santé.
Alors que les salariés doivent trouver leur équilibre entre vie privée et vie professionnelle, que les dirigeants doivent réduire les coûts liés à l’absentéisme et la non performance, la santé et la vitalité de tous est en jeu. Chaque partie prenante doit s’engager dans une démarche visant à favoriser la Qualité de Vie au Travail (QVT). Chacun doit être acteur de sa santé et son bien-être.

C’est alors que la naturopathie trouve toute sa place en entreprise pour accompagner cette démarche, qu’elle soit individuelle ou collective. Le praticien en naturopathie pourra apporter les outils de réponse aux problématiques rencontrées en entreprise :   gestion de stress, changement de rythme de travail, de douleurs, fatigue et troubles du sommeil, troubles digestifs…

Bien entendu cet accompagnement n’est qu’un apport de bien-être, une démarche éducative,  et ne se substitue en aucun cas à un suivi médical nécessaire et  parfois impératif.

Les Enjeux

Le Bien Etre au Travail (BET) peut être un véritable levier de performance et de transformation positive quand il est mis en oeuvre réellement et pas uniquement pour répondre à une obligation ou par effet de mode. Dans ces derniers cas, rien ne serait pérenne : ni l’adhésion des salariés, ni les résultats.

Par ailleurs, les initiatives au sein des entreprises telles que salle de sport, crèches, salle de détente, baby-foot, conciergerie….peuvent donner une idée bien trompeuse et réductrice du BET. En amont,  c’est la façon même de travailler, de manager, d’interagir…qu’il faut revoir. Il faut pouvoir rendre autonome donner les moyens d’être acteur sinon la belle façade s’écroulera rapidement. Les deux axes ne sont pas incompatibles, ils sont complémentaires.

qualite-de-vie-au-travail

Les enjeux et bénéfices sont de tous ordres et diffèrent selon les parties intéressées : les collaborateurs, l’entreprise et la Société. En prenant en compte les enjeux du BET pour les uns, il est possible de répondre aux autres et ainsi aboutir à une relation de “gagnant-gagnant” et c’est cet équilibre qu’il faut rechercher.

La vision  collaborateurs

Pour les collaborateurs les enjeux sont facilement identifiables, au moins dans leur généralité. Les salariés souhaitent avant tout une entreprise “plus humaine” , une organisation au sein de laquelle ils se sentent à leur place et s’y sentent bien. Ils espèrent une entreprise dans laquelle l’empathie serait plus présente, où ils seraient plus écoutés. Des relations plus saines entre tous les collaborateurs quelque soit le niveau hiérarchique et une considération mutuelle sont un point important de leurs attentes.

Pour les salariés le Bien-Etre au Travail est primordial, c’est ce que montre nombreuses enquêtes dont l’enquête BVA. Ils  souhaitent que l’entreprise ne soit pas  synonyme de souffrance au travail, de mal-être et veulent pouvoir partir le matin au travail sans appréhension. Pour eux, l’entreprise doit donner envie d’aller travailler et envie de garder ce travail. Une étude du groupe PAGE en 2018 indique que 96% des candidats à un poste privilégient l’ambiance de travail et le relationnel .

Individuellement, les effets du mal être au travail n’impactent pas que la sphère professionnelle mais aussi la sphère personnelle incluant le bien-être global de l’individu et des personnes qui l’entourent. 

Les collaborateurs et particulièrement les nouvelles générations veulent pouvoir concilier vie personnelle et vie professionnelle. La dimension du salaire n’est alors plus la seule priorité et unique donnée à prendre en compte. 

Leur souhait est, en plus de préserver leur état de santé, de pouvoir s’engager, et s’épanouir dans une organisation où ils sont bien c’est à dire dans laquelle ils trouvent motivation, reconnaissance, écoute, autonomie et intérêt pour leur mission. (enquêtes BVA 2018 et 2019).

Des salariés bien dans leur travail vont forcément donner le meilleur d’eux-mêmes et transmettre une image positive. C’est alors que les enjeux des entrepreneurs entrent en compte.

La vision entreprise

Pour les entrepreneurs les enjeux concernent bien évidemment la productivité et la performance des équipes  mais aussi la marque employeur.

D’un point de vue économique il est possible d’avancer que le BET a un effet positif sur l’engagement des salariés et donc au final sur les résultats de l’entreprise puisqu’un collaborateur engagé va s’impliquer dans le fonctionnement de l’entreprise, va être plus créatif et plus productif. Et c’est bien l’attente de tout employeur.

Garantir la santé, la sécurité, la clarté des rôles, l’autonomie…. donc créer un environnement de travail favorable. Cet environnement va conduire les collaborateurs à un sentiment de satisfaction, de réalisation, de bien-être et par ce biais va agir sur les processus physiologiques et cognitifs des individus et leur attitude face au travail. Des efforts devraient donc alors être mobilisés pour accroître la productivité et garantir la performance. C’est cette corrélation BET/productivité qui a été mise en lumière dans différentes études.

En parallèle, l’engagement des salariés devrait avoir un impact favorable sur les coûts liés à l’absentéisme , en réduisant le taux et la durée. Or actuellement, le coût annuel  de l’absentéisme pour les entreprises serait de 108 Milliards d’euros selon l’Institut Sapiens (chiffres 2018). Ce coût  comprend les salaires versés aux absents, les frais liés aux dysfonctionnements associés à l’absence,  les achats non prévus de prestations…. Une autre étude du cabinet Ayming sur la même période, fait le constat que 42% des absences ne sont pas liées directement à la santé même des salariés mais à une mauvaise Qualité de Vie au Travail. Si on fait le lien entre les deux études, non seulement on pointe la corrélation entre BET et absentéisme mais on peut aller jusqu’à déduire qu’une économie considérable  (4059 euros en moyenne par salarié) pourrait être faite en garantissant le BET. 

Autre enjeu pour l’entreprise  : le  “blason”, c’est à dire l’image de marque, l’attractivité de l’entreprise que l’on peut associer au turn-over. 

On l’a vu plus haut, les collaborateurs sont à la recherche d’une entreprise où ils se sentent bien. Ce qui se traduit dans les faits par une recherche effectuée par des candidats à un poste sur les employeurs avant de postuler. Une organisation qui aura alors une “publicité” positive et une image de type “il fait bon y travailler” attirera donc les meilleurs profils.

Ces mêmes structures, en plus d’attirer des candidats, fidélisent mieux les collaborateurs en poste. Le Bien-Etre au Travail suscite l’envie d’aller travailler et de garder son emploi. Une baisse des départs des effectifs ainsi qu’une diminution des intentions de partir jouent alors en faveur du turn-over. Et là encore qui dit turn-over réduit, dit réduction des coûts. En effet, une entreprise qui voit ses collaborateurs partir doit en supporter le coût de départ, celui des dysfonctionnements associés, le coût du recrutement de la formation…Tout cela contribue à abaisser le niveau de performance économique.

Au final tous ces facteurs, que ce soit l’engagement des collaborateurs, la réduction de l’absentéisme et du turnover ainsi que l’amélioration de l’image de l’entreprise, contribuent à une meilleure rentabilité organisationnelle et financière. Dans la mesure où le BET participe à l’amélioration de ces différents postes, il le fait donc aussi pour la dimension financière. D’ailleurs, des analyses montrent que les organisations ayant le meilleur niveau de bien-être sont celles qui ont aussi les meilleurs résultats sur les marchés financiers.

La vision Société

Bien au delà d’impacter l’entreprise, le Bien-Etre au Travail produit des effets sur les dimensions sanitaire, sociale et économique de notre Société.

Concernant tout d’abord la question de la Santé Publique. Par exemple, l’Assurance Maladie confirme que les 230 millions d’euros dépensés en 2018 pour la prise en charge des affections psychologiques liées au travail sont en fait bien sous-évalués car les souffrances psychologiques de cet ordre sont sous-déclarées. Les chiffres pourraient alors être doublés.

Si les cas de burn-out de dépressions de troubles anxieux dûs au travail ne cessent d’augmenter, leur reconnaissance et leur prise en charge à ce titre ne sont pas encore réels. Pourtant de nombreuses analyses et études scientifiques montrent bien, notamment, que les personnes stressées sont plus susceptibles que les autres de contracter une maladie et de développer des complications cardio-vasculaires. Ces maladies entrent alors dans les dépenses de santé visibles.

Le coût économique du mal-être au travail  pour la Société est alors énorme si tous les liens sont faits entre dépenses de santé, pertes de productivité, absentéisme, coût du désengagement des salariés. N’oublions pas que tous ces coûts macro-économiques représentent des recettes fiscales moindres, un PIB impacté,  et contribuent donc à fragiliser l’économie nationale.

Le Bien-Etre au Travail devient donc un bénéfice évident car en améliorant le bien-être global on constate une amélioration au niveau individuel et on entre dans un cercle vertueux pour la Société impactant favorablement diverses données : une meilleure santé, un allongement de l’espérance de vie, des revenus plus élevés, des dépenses plus responsables et réduites, des comportements plus respectueux plus sociaux.

La Naturopathie au service du Bien-Être au Travail

Si la Naturopathie n’a pas pouvoir d’agir en lieu et place des entreprises et de tout résoudre, elle s’intègre, par contre, parfaitement bien dans une démarche globale de Bien-être au Travail. Elle va contribuer à éduquer, donner des outils quant à une bonne hygiène de vie au sein de l’entreprise comme à l’extérieur, contribuer au changement pour chacun puisse devenir acteur de sa santé et de son bien-être.

Il y a corrélation entre santé, qualité de vie au travail et performance.

La performance globale des  équipes est liée à la performance individuelle et cette dernière dépend en partie de la vitalité et de la santé de chacun.

Mon idée est que s’il appartient à l’entreprise de mettre en place une démarche organisationnelle et managériale de bien-être au travail, en clarifiant le mode de management, en donnant du sens au travail de chacun, en rendant autonome les collaborateurs..il n’en reste pas moins qu’il faut prendre en compte la santé et la vitalité de chacun. Il est tout aussi important de rendre chaque collaborateur conscient et acteur de sa santé.

En effet, c’est bien l’association du Travail et de son environnement

bien-etre-au-travail-valerie-maillard

( rémunération, relationnel, motivation, sécurité, santé…) avec l’Individu et ses caractéristiques propres (son terrain naturopathique), qui va conduire au bien-être au travail.

C’est sur ce  second point que la naturopathie trouve sa place en entreprise dans une démarche de bien-être. En parallèle des aspects plus “managériaux”, le fait de faire intervenir la naturopathie va permettre de sensibiliser sur l’intérêt qu’a chacun à s’occuper de soi. Quand on prend soin de soi et de sa santé, on se sent bien dans sa vie aussi bien personnelle que professionnelle.

Un collaborateur qui est acteur de sa santé  aura une meilleure interaction avec son environnement de travail,  éprouvera plus de joie et de motivation et sera plus performant.

La mobilisation de ses efforts dépend de sa capacité à mettre en oeuvre des processus physiologiques et cognitifs  : il est donc important de s’intéresser à cet aspect. A l’inverse, les moments au travail, sont propices à oublier de s’occuper de soi et de sa santé. 

Une démarche qui fait entrer la naturopathie dans l’entreprise permet de concilier les deux  aspects.
Demander à la naturopathie d’accompagner le bien-être au travail, c’est  faire prendre conscience que certains comportements, certaines habitudes peuvent être modifiés pour favoriser le mieux-être individuel et collectif. L’impact ne pouvant être que positif sur les résultats de l’entreprise, au sein de laquelle les salariés seront moins stressés, plus présents et motivés, plus créatifs et productifs.

Si on regarde maintenant la mise en oeuvre de cet accompagnement en entreprise, le praticien en naturopathie dispose de suffisamment d’outils et de techniques pour pouvoir s’adapter aux besoins de la direction et des collaborateurs. Les interventions peuvent alors prendre différentes formes  : 

  • des conférences  auprès d’un grand nombre de salariés dans l’entreprise  et même en ligne si des contraintes  nécessitent cette approche (améliorer le sommeil, gérer le stress, adopter une alimentation saine…),
  • des ateliers thématiques pour un nombre de participants plus restreint (relaxation, cohérence cardiaque, Do-In, cuisine saine…),
  • la mise en place de stands d’information et d’animation,  libre d’accès (arrêt du tabac, le sommeil..),
  • des séances bien-être en individuel (Amma assis, Réflexologie, …) .

Il conviendra en amont d’identifier les attentes de la Direction et des salariés,  et définir un cahier des charges. Postes occupés, missions,  horaires, charge de travail,  problématiques santé, absentéisme, niveau de stress, relations sociales… sont autant d’éléments qui permettront de mieux cibler l’action et d’avoir de meilleurs résultats. Cela permet aussi de prendre en compte les particularités de certains salariés (handicap, grossesse…) pour qu’ils ne se sentent pas isolés de la démarche.

Ces constats permettront d’orienter les actions et  d’offrir une proposition cohérente pour obtenir l’adhésion de tous. 

Les thématiques qui peuvent être abordées par la naturopathie dans le cadre du BET sont nombreuses et s’adaptent à la demande mais parmi celles-ci, il est possible de citer les plus actuelles : 

  • lutter contre le stress,
  • adopter une alimentation saine pour retrouver vitalité,
  • améliorer le sommeil,
  • accroître sa concentration,
  • soulager des douleurs
  • chroniques et des troubles musculo-squelettiques,….

La volonté de l’approche naturopathique en entreprise est d’apprendre à chacun à trouver un équilibre de vie, d’apporter des outils pour mieux s’alimenter, améliorer sa santé, être en forme physique et émotionnelle… Etre bien dans son corps, bien dans sa tête pour être plus disponible et plus performant.

Share on

Start typing and press Enter to search

Shopping Cart

Votre panier est vide.